Citation de Woody Allen

« Dans votre ascension professionnelle, soyez toujours très gentil pour ceux que vous dépassez en montant. Vous les retrouverez au même endroit en redescendant. »

Citation de Blaise Pascal

« Deux choses instruisent l'homme de toute sa nature : l'instinct et l'expérience. »

Citation de Woody Allen

« La réponse est oui. Mais quelle était la question ? ».

Versification RG

Le social média impose son sceau dans l’e-médiat. Il campe et castagne l’info plus vite que Wikipédia. Il broie l’action politique au profit de l’offre médiatique. Les idées sont ringardes l’image est stratégique

Citation d'Eduardo Hughes Galeano

Si la technologie de communication est de plus en plus développée, pourquoi sommes-nous chaque jour plus sourds et plus muets ?

Citation de RG

« Le ROI est mort, vive le ROE ? ».

Google+ contre Facebook

« « Les anges ont eux aussi leurs diables, et les diables leurs anges. » « On est tellement seul en ce bas monde, que même les Anges et les Démons dînent ensemble. »? ».

Citation de Fréderic Cavazza

les internautes ont petit à petit délaissé les blogs et leurs longs articles pour passer toujours plus de temps sur des plateformes sociales

télécharger notre extension

lundi 20 février 2012

Forces et faiblesses des PME face au cloud selon Acronis

Article de Didier Barathon



Pour la deuxième année consécutive, Acronis spécialiste des PRA, confie au cabinet Ponemon le soin d'étudier (*) la progression du cloud computing dans les PME (moins de 1 000 postes). Une étude mondiale qui porte sur 6 000 entreprises et met en lumière les avancées comme les retards de cette catégorie d'entreprise.



Principale conclusion de l'étude, la virtualisation des serveurs se répand plus rapidement dans les PME que dans les grands comptes. Le Gartner parlait de 14% de hausse de cette virtualisation en 2012, Acronis et Ponemon parlent de 21% pour les PME. Mais, cette virtualisation est plus faible qu'espérée selon l'étude. 33% des parcs devaient être virtualisés en 2011, c'est tout juste 24% selon Ponemon, ce sera 29% en 2012.


Cette virtualisation des serveurs présente donc des possibilités de croissance importantes. D'ailleurs, 38% des entreprises interrogées devraient faire cette transformation en 2012. Elles le font selon trois critères principaux : améliorer leur efficacité pour 24% d'entre elles, rendre plus flexibles et plus rapides les déploiements dans 20% des cas, réduire les coûts à 18%.


Cette progression de la virtualisation des serveurs ne correspond pas automatiquement à une meilleure protection des données, c'est l'autre grande conclusion. Le tiers des entreprises interrogées n'effectuent pas de sauvegarde de leurs serveurs virtuels aussi fréquemment que de leurs serveurs physiques. Moins d'un tiers, 27%, effectuent une sauvegarde quotidienne, 24% hebdomadaire, 26% mensuelle. Dans 13% des cas, cette sauvegarde est qualifiée d'irrégulière. La France fait partie des mauvais élèves.


Une entreprise sur quatre va migrer
On retrouve ce type de résultats contradictoires tout au long de l'étude. Par exemple, sur le cloud en général. 83% des responsables interrogés expliquent avoir déjà mis en oeuvre une infrastructure basée sur une forme de cloud, en croissance de 13% par rapport à l'an passé. Toutefois, le cloud ne représente que 19% de leur infrastructure. En 2010, remarque l'étude, 30% des entreprises devaient avoir une infra en cloud dans les douze mois suivants, on en est loin. Une entreprise sur quatre, 26%, envisage d'y passer  en 2012. Le retard entre la prévision et la réalité sera-t-il comblé cette année ?


Le chemin est aride. Plusieurs raisons l'expliquent. Les entreprises  éprouvent un manque de confiance envers les fournisseurs du cloud, elles sont 25% en Suède, 23% en Italie et en Norvège, 19% en France, et expliquent ainsi leur absence de migration.


L'étude se concentre également à plusieurs reprises sur les solutions de sauvegarde et de PRA. Une PME produit chaque année 40 To de données nouvelles. Comment maintenir l'accessibilité à ces données, leur sécurité, leur protection ? L'étude a posé 11 questions aux entreprises sur leurs capacités et leurs pratiques en matière de sauvegarde et de reprise d'activité. Un tiers des PME sont encore sous équipées en matière de sauvegarde et de PRA. Et, chez celles qui sont équipées, un tiers estiment qu'elles subiront une interruption d'activité en cas de problème.


Les données virtuelles en danger
Trois domaines d'amélioration ressortent plus particulièrement : l'insuffisance de la documentation sur les procédures et politiques de sauvegarde, la fréquence des contrôles et des procédures en place, le manque de personnel qualifié (un problème récurrent).  Plus grave, le soutien des dirigeants d'entreprise s'effrite, 47% des responsables informatiques interrogés en sont certains. Et pour cause : les budgets n'évoluent pas d'une année sur l'autre. 67% des personnes interrogées ne dépensent que 10% de leur budget sur ces opérations de sauvegarde et de PRA.


La France note l'étude semble toutefois retrouver de la confiance dans ses politiques de sauvegarde, surtout sur deux points : la taille et l'efficacité des équipes dédies, la documentation relative aux procédures de sauvegarde et aux PRA.


(*) Etude nommée Global Disaster Recovery », menée auprès de 6 000 entreprises (deux fois plus que l'an passé) de  13 pays : Allemagne, Arabie Saoudite, Australie, Brésil, Chine, Etats-Unis, France, Hong-Kong, Inde, Italie, Japon, Norvège, Pays-B  as, Royaume-Uni, Russie, Singapour, Suède, Suisse.

Les réseaux sociaux : un nouveau mode de recrutement


Comment bien recruter aujourd’hui ? Les réseaux sociaux sont-ils LA solution ?
Véritables viviers de candidats, ils ne présentent pas toujours que des avantages.
Lequel choisir pour être plus rapide et plus efficace ? Les entreprises s’interrogent avec un mélange de curiosité et de scepticisme ! Tour d’horizon et conseils pratiques.




Une entreprise sur 2 recourt aux réseaux sociaux pour recruter

Les canaux traditionnels de recrutement accusent depuis quelques années des limites : problème de réactivité, pénurie de main d’oeuvre dans certains secteurs, guerre des talents.
Les entreprises se tournent donc vers les réseaux sociaux et celles qui y font appel ne sont pas systématiquement les plus grandes. Une enquête de TNS Sofres indique que les principaux utilisateurs des réseaux sociaux dans un objectif de sourcing sont les cabinets de recrutement et les petites entreprises de moins de 50 salariés à forte densité de cadres.

Quels candidats sur les réseaux sociaux ?

Ils sont pour la plupart issus de la génération Y. Leur profil ? Souvent âgés de moins de 35 ans, ils sont cadres supérieurs ou professions libérales mais aussi étudiants en quête de stages. Leur but ? Trouver des renseignements sur les entreprises, vérifier les valeurs qu’elles mettent en avant mais aussi se faire repérer. D’ailleurs selon une étude Job teaser, 24% des étudiants ou des jeunes diplômés utilisent Facebook pour trouver de l’information sur l’entreprise et seulement 2% ont trouvé des offres par ce biais.

Recruter via les réseaux sociaux : quels avantages ?

Les candidats et les recruteurs disposent des mêmes outils pour assurer leur communication et ont accès à l’ensemble du marché de l’emploi. Ils peuvent s’informer les uns sur les autres. Si les candidats recueillent par ce biais des infos sur l’entreprise, les DRH doivent alors être pro actifs et cultiver la marque employeur pour capter les bons candidats et les attirer dans l’entreprise.
Ce qui implique de ne pas se disperser sur la toile et de choisir le réseau approprié en fonction du poste recherché et sa localisation. Car recruter sur les réseaux sociaux peut vite devenir chronophage. Il faut en amont se poser les bonnes questions, faire des choix pour mieux cibler les candidats… . La stratégie est fonction de la taille de l’entreprise et du but recherché : se créer un vivier de candidats ou recruter immédiatement ? Il est déjà certain que pour avoir des résultats, il faut compter de 6 mois à un an de présence sur le réseau.

Recourir aux réseaux sociaux : un gain financier ?

Rien n’est moins sûr ! Etre sur un réseau social professionnel en soi n’engendre pas de frais. Mais utiliser ce réseau pour recruter est souvent payant : plusieurs milliers d’euros à l’année et plus encore pour pouvoir être présent sur des hubs*, des forums, bénéficier d’alertes mails etc. De plus y être actif, faire vivre sa page, animer ou rechercher est source de coûts indirects qu’il ne faut pas occulter.

Quelle place pour l’éthique ?

Le sérieux d’un recrutement c’est aussi le respect d’une éthique. Chaque internaute le sait ; parler de soi, de son entreprise comporte des risques et peut s’avérer dangereux. La preuve en est cet arrêt de la CA de Besançon qui a confirmé le licenciement d’un salarié ayant tenu des propos injurieux envers l’entreprise sur Facebook (CA Besançon 15/11/2011).
Quant à l’entreprise, elle doit être vigilante. D’une part en évitant toute tentation de recherche de recrutement qui pourrait s’avérer discriminatoire, d’autre part en vérifiant avec soin les informations données par les candidats.
* Plateformes d’échanges sur un thème précis, conçues pour mettre en relation des professionnels autour d’intérêts communs
Cette lettre est réalisée par : Anne-catherine Auzanneau Delphine Guidat, Richard Arjoun Géraldine Sourdot (source SVP)

mercredi 1 février 2012

Une nouvelle façon de récupérer vos google doc et autres...


Google offre une nouvelle façon d’exporter vos documents en utilisant Google Takeout.
ce service permet d’exporter vos données résidant sur les services Google
Très rapidement vous pouvez créer un fichier zip de l’ensemble des documents que vous possédez sur Google Documents. Par la suite, Google vous informe par mail que votre copie de sauvegarde est prête à être téléchargée. De plus Takeout offre la possibilité de convertir les fichiers de la suite bureautique Web de Google au format Microsoft Office ou PDF.

______________________________________________________________________



______________________________________________________________________

Metamoteur d'emploi